dimanche 18 mars 2018

A1033



Une fois de plus, notre travail de terrain se voit - malheureusement - valorisé. "Un ouvrage pourrait être détruit dans le secteur Gampelen" tel est l'alerte sonnée à mes oreilles en ce début d'année 2018. 

Il ne me faudra guère de réflexion pour deviner quel est l'ouvrage qui se verra attribuer ce triste sort. Mais il faut l'avouer son état qui faisait finalement de lui une petite position avec caractère lui aura fait défaut. 



Démoli en ce début 2018, A1033 appartient donc dorénavant au passé et rejoins le rang des ouvrages qui vivront encore par le biais des images qui auront été faites par vous tous. 







samedi 17 février 2018

Le Throwback de février

Il m'arrive bien évidement  parfois de revenir sur des lieux déjà visités! Tout petit échantillon imagé de la dernière en date, en guise d'apéro. 



mardi 13 février 2018

OMI du Toggelibrücke, Düdingen (Guin)


Lire la presse local, c'est aussi détecter de petits détails qui nous passeraient parfois  complètement à côté. La lecture d'une dépêche CFF annonçant les travaux d'assainissement d'un pont CFF aura pour réaction du lecteur lambda "arf, pas grave.. ils vont déjà se rattraper sur le prix du billet au mois de décembre prochain". Mais... la même dépêche, lue par un ex PiFort peut avoir une tout autre interprétation: "mmmh, encore des traces d'OMI qui vont disparaitre". Finalement, ce n'est qu'une histoire qui se répète inlassablement (les plus assidus d'entre vous auront fait le lien avec l'OMI d'Autigny ou encore l'OMI d'Epagny). 


Ce jour-ci, nous sommes fin janvier 2017 et un article dans le régional du coin fait le point sur les travaux du Toggelibrucke de Guin: un gros chantier CFF du secteur. Ce vénérable pont ferroviaire de 1860 fait parti de ces 6103 ponts que les CFF doivent entretenir et pour lc coup, c'est la totale: Retrait de l'ancien tablier pour un tout beau tout neuf, mais plus large et surtout: assainissement des piliers de l'ouvrage. A la lecture d'une telle  phrase, le drill est maintenant bien rodé: prise en main de la sacoche photo et tout shuss en direction de l'ouvrage en question. 

Je ne sais pour ainsi dire rien de cet ouvrage et de son passé militaire. Une fois arrivé sur place l'observation et la déduction sera mon seul allié.  Si je n'en sais pas grand chose :  la certitude sur un fait est d'or: ça ne traine pas, les échafaudages ont déjà bien poussés.  Et comme tout bon vieux meuble, c'est dessous qu'il faudra regarder avant tout pour tout savoir de lui ;-).


Constitué de 7 piliers repartis sur une longueur de 85m, le Toggelibrücke fait partie de ces petits ouvrages dont le portrait est vite "plié", et une fois de plus cela se confirme. Passé en revue, les 7 piliers restent discrets sur leur passé: 

2 d'entre eux (l'un au nord et le second au sud du pont) vont révéler à chacun une petite niche d'à peine 20x20cm, très ressemblant aux niches de minage d'ancienne génération.  Si leur disposition ne me laisse quasi aucun doute pour la destruction d'un pont,  l'absence de gonds scellés  dans la pierre (ou des trous les ayant accueillis) permettant de recevoir une petite porte ou plaque et la faible profondeur de ces niches ne me permette finalement pas de confirmer un usage militaire.
 







En revanche: 1 pilier, (centrale, rive Fribourg) à accueilli une chambre de minage et ce, de manière catégorique. Il est intéressant d'observer que cet accès (ayant eu été bien sûr condamné) était caché derrière une mince couche de béton façonnée afin de rentre à l'ouvrage un semblant d'esthétique! 




Si cette pratique ne vous rappelle rien: petite piqure de rappel:

Villaz St Pierre, Pont férroviaire 

Fribourg, Pont de Zaehringen 

Nous sommes donc ici en présence d'une niche de minage typique des OMI des Type L. Si c'est la seule que j'ai pu observé. je suis catégorique sur le fait qu'une ou deux autres niches devaient encore se cacher dans les autres pilier. Il ne m'aura pas été possible de les observer et de définir ainsi un schéma de feu plus précis pour cet ouvrage. 




Au retour de ce petit repérage, je me suis arrêté l'espace d'un instant devant ce petit abri. Sans doute aucun lien avec le pont malgré sa présence, proche des piliers Nord. je m'interroge tout de même sur son passée, sans doute un ancien jardin....









mardi 6 février 2018

Gänsbrunnen

Parfois, c'est l'occasion qui fait le larron! En pleine route pour aller en direction des ouvrages du Vorbourg. Mon compère et moi-même allions nous apprêter  à traverser le village de Gansbrunnen. lorsqu'en une fraction de seconde, à la lecture du panneau du village,  je me remémore le fait qu'une semaine avant notre passage, des installations de défense de "Gä nsbrunnen" étaient ouvert au publique. Un compte rendu de cette manifestation m'avais permis de prendre connaissance de ce barrage et de remettre à un secteur une image d'un canon surplombant un tunnel ferroviaire à sa place. Le plan du coup de la panne est donc mise en oeuvre et la halte autant imprévue qu'improvisée est donc faite!


De part sa situation topographique, la Cluse de Gänsbrunnen -  l'axe de communication le plus direct entre le moyen-pays (Mitteland, hein) et la région de Delémont - aura en tout temps été un haut lieu stratégique militaire. Et ce n'est pas la bataille de 1798 confrontant les Soleurois aux Français qui viendra contredire cet aspect stratégique du secteur.

L'armée suisse viendra bien évidemment renforcer cette cluse naturelle de quelques ouvrages de défense. C'est la barricade route qui sera dans un tout premier temps élevée dans la cluse, en 1937, sur la frontière cantonal même Berne/Soleure. à la hauteur de l'entrée sud du Tunnel de Weissenstein.

Les ouvrages de défense et abris suivront dès 1941 et dès la fin des travaux, en 1942 (1944 pour les abris sous roc), le barrage de Gänsbrunnen sera exploitable et géré par la Brigade Frontière 3.

D'intérêt d'importance nationale, le Barrage de Gänsbrunnen est sous la bonne garde de l'association FESTUNG SOLTHURNER-JURA qui ouvrent les portes de ces ouvrages lors de certaines occasion. 





T 0877 
La barricade antichar sera le premier élément du barrage érigé sur le terrain en 1937. Aujourd'hui, de cette barricade, Il ne subsiste plus que le dépôt matériel se trouvant en bordure de route, à côté du chemin pédestre permettant l'accès aux abris et aux A1486 et A1487. Les écrits positionnent la barricade sur la frontière cantonale Berne - Soleure. Les images aériennes de la zone ne me permettent pas de déterminer avec précision la position de la barricade et la période de sa suppression. 


C'est sur ce bout de tronçon qu'était érigée la barricade. On devine en arrière-plan,
à gauche, la baraque ayant servi de dépôt de matériel de barricade 




A1485 "Bahnhof Ost"
Construit sur un éperon rocheux, maintenant bien enfuit dans la verdure, la présence de cet ouvrage est uniquement trahie par son échelle d'accès. Construit pour renfermer une position mitr ainsi qu'un Fusil mitrailleur. Ce bunker assure  son rôle de contre-ouvrage pour les forts lui faisant face: A1486 et A1587





Enfuit dans la verdure, le bunker A1485 se laisse à peine entrevoir
depuis le chemin qui nous amèn aux ouvrages qu'il défend. 


A1486 "Bahnhof West"
Arborant une magnifique façade de pierre et faisant face à A1485, A1486 est l'un des 2 ouvrages principaux du dispositif. Abritant initialement une archebuse 24mm antichar, une mitr 11 et une position FM/OBS, celui-ci viendra modernisée dans années 60 et se verra équipée de 2 mitr 51, une d'elle étant positionnée en dépression. La position obs reste quand à elle inchangée. Sa mission est de veiller, de flanc, à ce qui se trouve à ses pieds: routes, rails, entrée du tunnel de Weissenstein et, tant qu'on y est, Barricade route. Il appuie également le travail de A1487. 






Secteur de feu de l'ouvrage


A1487 "Gänsbrunnen Tunnel" 
Implanté au dessus du portail Nord du tunnel de Weissenstein  et discrètement camouflé en rocher: A1487 est né avec l'équipement du moment: un canon de campagne 8,4cm. Il sera également modernisé dans les années 60 en recevant un canon 9cm antichar. Implanté dans l'axe de la voie de chemin de fer. A1487 aura été implanté ici pour gérer et combattre des mouvements tant routiers que ferroviaires pouvant évoluer dans cette petite zone encastrée en fond de vallée. 






Source: ADAB



Secteur de feu de l'ouvrage




Image extraite du solothurnerzeitung


Il est important de préciser que le tunnel était également préparé à la démolition. Il est fort probable que l'OMI se trouvant à l'intérieur de l'ouvrage, matérialisé  par des niches de minages de type L ou une galerie de minage plus moderne puisse encore existé. des traces de ce dispositif disparaitrons avec les travaux d'entretien et mise aux normes du tunnel, en cours de discussion. 


A1488 "Gänsbrunnen Est"




Discrètement établie dans les arrières du barrage, cette position conçue pour un canon de campagne 8.4cm avait comme mission de transmettre une ultime salve de salutations à tout mouvement qui aurait pu traverser, les premières lignes de défenses et dépasser le secteur du restaurant St-Joseph.       



A1489


2 abris de troupe surplombent A1486. Distants d'une dizaine de mètres, ces 2 abris sont excavés dans la roche et achevé en 1944. Ce sont les dernières constructions du dispositif. A1489 se trouverait être l'ouvrage le plus haut, surplombant également A1490. 


A1490
Le frère jumeau de A1489 se veut être de construction identique à ce dernier. L'excavation brut n'accueillant que quelques  cadres de portes est long d'une dizaine de mètres. l'abri devait accueillir une partie de la troupe. On y retrouve une simple grande salle, les couloirs permettant d'y arriver, mais intègrent 2 entrées. 













Notre temps est compté et nous devons déjà reprendre la route, nous décidons de ne pas partir à la recherche des positions dont les  infos précaires du moment nous auraient fait perdre trop de temps. Mais nous y repasserons, tôt ou tard ;-)